127 heures, James Franco et l’instinct de survie

Par  |  Aucun commentaire

jamesfranco127

Cette histoire est bien réelle. Suite à la publication du récit de ce véritable miracle, le réalisateur Danny Boyle (Petit meurtre entre amis, Trainspotting, Slumdog Millionaire) a décidé d’en faire l’adaptation à l’écran. Tout un pari, puisque  l’histoire se résume aussi rapidement qu’elle se raconte.
Pour bien décrire ces 127 heures, le réalisateur y est allé de différents procédés. D’abord, dans ce «huis clos», chaque forme d’action, aussi simple soit-elle, prend la forme d’une éclatante victoire. Ainsi, quand suspendu dans une position inconfortable, le bras coincé sous cette énorme roche, Aron Ralston arrive à accrocher un cordage, lui laissant la possibilité de se laisser supporter par son harnais, on pousse nous aussi un véritable soupir de soulagement. Même chose lorsqu’il arrive avec son pied à récupérer le canif échappé hors de sa portée sur le sol.

Interprétation bouleversante de James Franco

Mais la grande qualité du film vient aussi de l’évolution psychologique du héros qui, avec le temps, le manque d’eau, de vivres, sombrera doucement dans des délires, obsédé par certaines idées et torturé par le caractère désespéré de sa situation. Pour les cœurs sensibles, la boucherie de l’amputation ne dure que quelques minutes,  – mais quelles minutes! – après quoi il peut tituber vers sa liberté. James Franco interprète de manière bouleversante de Ralston. Il livre une prestation qui mérite d’être soulignée.
Dany Boyle a cette particularité de présenter des films avec une signature très forte, nous envoyant un flot d’images et de musiques dans ses longs métrages toujours fort dynamiques. Chaque fois pourtant, le film est d’abord très timidement distribué avant que les critiques n’en fassent l’éloge et qu’il revienne en salle comme ce fut le cas pour Slumdog Millionnaire.
127 heures n’est offert à Montréal que dans un seul cinéma, le AMC et uniquement en version originale anglaise. Une déception considérant les grandes qualités du film. Espérons que, comme cela a été le cas pour l’Oscar du meilleur film en 2008, 127 heures trouvera une plus grande distribution dans nos salles dans les mois qui viennent.
Bande-annonce en VOST de 127 heures