Menus plaisirs saguenéens

Par  |  Aucun commentaire

En visite au Saguenay, c’est l’occasion de découvrir les spécialités régionales. Si vous êtes familier avec ce pâté à la viande qu’on appelle familièrement de la tourtière dans la vallée du St-Laurent, rappelez-vous qu’on fait ici la ‘vraie’ tourtière, un pâté beaucoup plus grand traditionnellement à base de viandes de gibier et de pommes de terre coupées en dés. C’est l’occasion d’y goûter si ce n’est déjà fait.  Surtout ne pas confondre avec la cipaille ou six-pâtes de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent dont elle serait originaire. Si la tourtière fait indubitablement partie de la cuisine traditionnelle québécoise, elle n’échappe pas aux variantes régionales et c’est l’occasion de parfaire votre culture culinaire. Plusieurs établissements de la région vous feront découvrir avec plaisir ce qu’on appelle aussi la tourtière du Saguenay-Lac-St-Jean pour être certains de ne pas confondre.

Au cœur de L’Anse-Saint-Jean, tout près de la marina, l’Auberge La Fjordelaise offre en plus d’un petit déjeuner copieux au repas du soir une table d’hôte variée à saveur québécoise, faite d’onctueux potages, de produits du terroir, de viandes rehaussées par des sauces aux saveurs d’érable et de bleuets locaux, ainsi que des desserts maison exquis.

À deux pas, le chef Gilles Hamel, auteur du livre La cuisine authentique, est depuis juillet 2012 propriétaire et chef cuisinier du gîte Le Nid de l’Anse. Après avoir été chef conseil chez Corneau Cantin de 2003 à 2009, il s’est fait depuis traiteur et cuisine aussi pour ses hôtes. En prime, si vous le cuisinez bien, il vous fera découvrir les secrets bien gardés de la région comme la plage de l’Anse-Saint-Étienne qu’il affectionne.

Autrefois situé juste en face de la marina, le restaurant L’Islet est depuis décembre 2016 déménagé aux pieds du centre de ski du Mont-Édouard. Maintenant connu comme L’Islet sur la montagne, ce restaurant offre toujours un menu concocté à partir de produits anjeannois, comme le cerf, le sirop d’érable, les pleurotes, les petits fruits et la truite fumée sur place. Les menus spéciaux du vendredi offrent un excellent rapport qualité-prix. Si  l’établissement a perdu sa vue sur l’anse, il a gagné une vue sur le Mont-Édouard et une belle terrasse estivale sous les arbres.

De passage à l’Anse-Saint-Jean, les épicuriens et les plus gourmands voudront s’arrêter chez Kao Chocolat où tous les chocolats sont fabriqués à la main en petites quantités de manière artisanale et traditionnelle. Sans agents de conservation ni saveurs artificielles, les saveurs varient selon le moment de l’année pour faire place aux fruits de saison, herbes fraîches du jardin et plantes sauvages de la forêt boréale.