Du Golden Square Mile au Quartier du Musée

Par  |  Aucun commentaire

Résidence_James_RossLa vie gaie s’est d’abord affiché à Montréal dans l’ancien Mille Carré Doré, mieux connu sous son nom anglais, le Golden Square Mile, un quartier d’environ un mile carré qui fut le lieu de résidence dorée de la bourgeoisie anglo-protestante de Montréal qui au tournant du XXe siècle détenait 70% de toute la richesse au Canada. Au fur et à mesure que les manoirs des riches familles montréalaises ont fait place aux gratte-ciels, aux commerces et aux places d’affaires, ce quartier s’est affirmé comme le centre des affaires et le principal pôle commercial de la ville avec les grands magasins de la rue Sainte-Catherine ouest. Tout naturellement, la vie nocturne s’est développée à proximité sur les rues transversales comme Stanley ou Peel.

Avec le déclin de l’élite anglo-protestante de Montréal dans la deuxième moitié du XXe siècle, les derniers vestiges du premier quartier de millionnaires au Canada étaient menacés par le pic des démolisseurs aux services des promoteurs immobiliers. C’est alors que des mécènes comme Phyllis Lambert, elle-même héritière d’une partie de la fortune de la famille Bronfman dont elle est issue, soutinrent l’action d’Héritage Montréal, un organisme sans but lucratif qui s’est porté souvent avec succès à la défense du patrimoine architectural montréalais.

En se promenant dans les rues animées de l’Ouest du centre-ville qui portent bien souvent les noms de ces familles bourgeoises, les McGill, McTavish, Redpath, Drummond et autres, vous verrez les vestiges de cet ‘âge d’or’ de Montréal, alors métropole du Canada. L’un de ces manoirs, la résidence de Lord Shaughnessy, a été intégrée au Centre canadien d’architecture.

Aujourd’hui, on parle davantage du Quartier du Musée puisque c’est dans ce périmètre que s’est établi le Musée des Beaux-Arts de Montréal dont les collections ont souvent été enrichies par les dons des familles aisées autrefois établies dans ce quartier.

Au centre-ville, Montréal devient
nettement une ville nord-américaine où se mêlent tout en contraste les influences françaises, britanniques et américaines. À l’ombre des gratte-ciels qui bordent le boulevard René-Lévesque, la rue Sainte-Catherine y demeure la
grande artère commerciale de
Montréal depuis plus d’un siècle. Allez faire un tour chez Simons, Ogilvy ou
chez Holt & Renfrew.

C’est au centre-ville (métro Bonaventure) qu’on trouve le Centre Bell qui est non seulement le lieu où se produisent les Canadiens de Montréal, mais aussi la plupart des grandes stars internationales de passage à Montréal, de Madonna à Céline Dion, en passant par Kylie Minogue.

Plus à l’ouest, le Musée des Beaux-Arts sur Sherbrooke (métro Guy-Concordia) et le Centre canadien d’architecture (métro Lucien-L’Allier) comptent parmi les principales institutions muséales de la métropole. Fondé en 1860, le Musée des beaux-arts de Montréal a été un des premiers établissements muséaux en Amérique du Nord à former une collection encyclopédique digne de ce nom. Au cours de son existence, un ensemble comprenant près de 36 000 objets, de l’Antiquité à nos jours, a été constitué. Ces collections comprennent aujourd’hui des peintures, des sculptures, des œuvres
graphiques, des photographies et des objets d’arts décoratifs.

En septembre 2016, le Musée présentera une exposition consacrée au célèbre photographe américain Robert Mapplethorpe célèbre entre autres pour ses nus masculins.

Le Centre Canadien d’Architecture (CCA) est un centre international de recherche et un musée créé en 1979 par Phyllis Lambert, une héritière de la riche famille Bronfman qui lui a consacré une bonne partie de sa vie et de sa fortune avec la conviction que l’architecture est d’intérêt public. Le Musée Grévin, le célèbre musée de cire de Paris, a pris racine chez nous depuis 2013. Vous serez fascinés par la ressemblance des statues de cire des quelques 120 personnages cultes qui font partie de sa collection dont plusieurs icônes gaies : Marilyn Monroe, Diane Dufresne (en une de ce Guide), Luc Plamondon, Céline Dion, Mado Lamotte, Lady Gaga, Mika, pour n’en nommer que quelques-uns.