Le gouvernement Couillard charcute d’un million $ le maigre programme de lutte contre l’homophobie

Par  |  Aucun commentaire

En marge de l’ouverture du forum sur l’intimidation promis par le gouvernement Couillard en campagne électorale, on apprend qu’un budget d’un million de dollars alloué à une campagne publicitaire qui fait la lutte contre l’homophobie a été supprimé. C’est ce qu’a confirmé la ministre de la Justice Stéphanie Vallée en chambre en réponse à une question de l’opposition. La ministre s’est justifié en disant que ‘tout le monde doit faire sa part‘  pour atteindre l’équilibre budgétaire et que plusieurs autres campagnes avaient aussi été éliminées. Elle a ajouté que la campagne demeurait prévue, mais sans préciser quand elle se ferait. Le plan d’action 2011-2016 se termine dans la prochaine année fiscale et l’exercice actuel du gouvernement permet de douter qu’elle sera simplement reportée dans la dernière année du programme. Elle a toutefois oublié de mentionner que ce budget était déjà ridiculement bas et qu’il n’y a eu à ce jour qu’une seule campagne médiatique pour contrer le problème séculaire de l’homophobie dans toute l’histoire du Québec.

Le plan annoncé en 2010 prévoyait une enveloppe globale de 7 millions de $ sur cinq ans (soit 1,4 million $ par année) qui prévoyait entre autres des campagnes publicitaires. L’ex-ministre de la Justice Fournier, responsable de la lutte contre l’homophobie, avait alors reconnu d’emblée que ce budget ne répondait qu’à 20% des besoins minimaux identifiés. Au cours de la campagne électorale, sa successeur au poste, l’ex-ministre de la Justice Kathleen Weil (maintenant responsable de l’Immigration, de la diversité et de l’inclusion) avait promis que le budget déjà modeste du programme serait indexé.
Le forum s’ouvre aussi au moment où la Fédération des directions d’établissement d’enseignement confirme que plusieurs commissions scolaires situées dans différentes régions du Québec ont fait le choix de réduire leurs dépenses pour lutter contre l’intimidation.
Pour la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), qui prend part à ce forum, il faudra « plus que des orientations pour changer les mentalités ».
Sa vice-présidente, responsable du dossier de l’éducation estime qu’« un suivi éducatif est nécessaire, mais il doit s’accompagner de sérieuses mesures de formation pour le personnel ainsi que de mesures pour l’éducation et la sensibilisation des jeunes ».
Le forum traitera aussi de l’intimidation en milieu de travail et de la maltraitance chez les aînés. L’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) demande justement à Philippe Couillard de confirmer le dépôt d’un nouveau projet de loi qui rend obligatoire le signalement des actes de maltraitance commis envers les personnes vulnérables dans les établissements de santé et de services sociaux.
Sources : ICI Radio-Canada