Le délire de l’Église orthodoxe: Conchita Wurst serait responsable des inondations en Serbie et Bosnie

Par  |  1 commentaire

L’Église orthodoxe prend vraiment Conchita Wurst, le travesti barbu vainqueur de l’Eurovision, pour le Diable incarné… Dernière accusation en date: lui faire endosser la responsabilité indirecte des inondations qui ont touché la Bosnie et la Serbie à la mi-mai, tuant au moins 51 personnes!
Comme le rapporte The Independent, le patriarche Irinej, leader spirituel de l’Eglise orthodoxe de Serbie, a ainsi déclaré que les inondations étaient une « punition de Dieu pour les péchés » commis par la communauté gaie et que Dieu « nettoyait la Serbie de ses vices ». De son côté, l’archevêque monténégrin Amfilohije a été plus précis en pointant du doigt Conchita Wurst, l’Eurovision ou encore les marches des fiertés qui se tiendront à Belgrade et Podgorica.
« Les inondations ne sont pas une coïncidence, mais un avertissement, a affirmé Amfilohije Radović selon des propos rapportés par le site serbe e-Novine, ajoutant que « Dieu a envoyé les pluies pour rappeler aux gens qu’ils ne doivent pas rejoindre le côté obscur », sous-entendue l’homosexualité, et qu’ils ne doivent pas idolâtrer la « figure christique » que représenterait Conchita Wurst.

Une giffle pour la Russie homophobe
Après la victoire de Conchita Wurst, une giffle pour les homophobes russes, des députés de ce pays ont proposé de créer leur propre version de l’Eurovision. Une victoire qui a soulevé un mouvement de protestation dans le pays, même si la candidate autrichienne est tout de même arrivée en troisième position des votes russes.
Le député communiste Valeri Rachkine a ainsi appelé la Russie à quitter le concours de l’Eurovision pour organiser une compétition parallèle, qui serait baptisée « Voix d’Eurasie ». « Le résultat du dernier Eurovision a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », a-t-il lancé mardi 13 mai au Parlement. « Nous devons quitter ce concours, on ne peut plus supporter cette folie », a ajouté le député, cité par l’agence Interfax.
« Un refus de l’identité chrétienne de la culture européenne »
« Ils n’aiment pas nos filles parce qu’elles n’ont pas de barbe », a lancé un autre député, Oleg Nilov, du parti Russie Juste (centre-gauche). « Ils n’aiment pas nos chants », a regretté l’élu, avant d’entonner une chanson populaire devant l’hémicycle. Dimanche, le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine avait aussi réagi en estimant que le palmarès de l’Eurovision donnait « un aperçu aux partisans de l’intégration européenne de ce qui les attend en rejoignant l’Europe, à savoir une femme à barbe ».
Dans le même ton, le politicien nationaliste Vladimir Jirinovski avait fait part de son « indignation sans limites » en déclarant que c’était « la fin de l’Europe. Elle est devenue dingue. Ils n’ont plus de femmes et d’hommes là-bas, mais un  »ça » à la place », avait-il déclaré à la télévision publique Rossiya-1. Avant d’ajouter: « Il y a cinquante ans, l’armée soviétique a occupé l’Autriche. La libérer a été une erreur. On aurait dû rester ».

L’Église orthodoxe russe a estimé de son côté que la victoire du travesti à l’Eurovision « était un pas de plus vers un refus de l’identité chrétienne de la culture européenne », selon son porte-parole Vladimir Legoïda.
Pour sa part, Conchita Wurst a fait jeudi 22 mai une apparition remarquée au gala de l’Amfar à Cannes, aux côtés de Sharon Stone, Carla Bruni-Sarkozy, John Travolta ou encore Jane Fonda. Cet événement caritatif de prestige a permis de réunir 35 millions de dollars pour lutter contre le sida.

Sources: AFP, Le Monde, Huffington Post

1 Comment