Victoriaville marche contre l’homophobie le samedi 17 mai

Par  |  Aucun commentaire

Le comité pour femmes homosexuelles et bisexuelles des Bois-Francs, la Marg’Elle, va probablement surprendre les passants de la Grande place en se figeant sur place comme « gelé » avec, à la main, un dépliant pour la Journée internationale contre l’homophobie.

Le samedi 17 mai l’activité commencera à 11 heures et le rassemblement aura lieu dans l’ancien local d’ARTEQ (à côté de Surplus D). Les participants marcheront au milieu des passants et s’arrêteront soudainement lorsqu’on entendra le cri Freeze!.

Marie Line Molaison et Fabienne Martino vous invitent tous et toutes à participer à cette marche de sensibilisation, quelque soit votre orientation sexuelle. À cet occasion, la Marg’Elle distribuera ses macarons Ami des gais.

L’an dernier, le comité, crée il y a quinze ans, avait réuni une soixantaine de personnes à la Place Sainte-Victoire.

Mère homoparentale, Marie Line Molaison est ravie de la thématique actuelle de la Fondation Émergence : J’aime mes deux papas! J’aime mes deux mamans! Elle précise que « de déboulonner ces mythes à l’égard de l’homoparentalité est important non seulement pour les adultes que sont les parents que pour leurs enfants. »

 Quant à Fabienne Martino, elle affirme : « Il y a encore des mythes à déconstruire au sujet de l’homoparentalité, le dépliant d’information en présentant quelques-uns. Comme ceux de penser que deux personnes de même sexe ne peuvent être d’aussi bons parents qu’un homme et une femme, qu’un enfant ne puisse se développer aussi bien entre deux parents de même sexe ou qu’il a forcément besoin d’un modèle parental de chacun des deux sexes. Le modèle de l’autre sexe peut se trouver dans les proches de la famille homoparentale, par exemple. » Elle explique que « le développement de l’enfant est tributaire de la santé relationnelle de ses parents, de l’éducation qu’ils lui offrent, pas de leur orientation sexuelle. «Et c’est aussi un mythe de penser que l’orientation du parent influence celle de l’enfant».