Une église poursuit la Caroline du Nord pour défendre le mariage gai!

Par  |  Aucun commentaire

L’Église unie du Christ, coalition de membres du clergé, proteste contre l’interdiction constitutionnelle du mariage homosexuel en Caroline du Nord. Une poursuite a été déposée à l’échelle des États-Unis: selon ces représentants confessionnels, l’interdiction viole leur liberté de religion !

Selon ce que rapporte l’Associated Press, ces membres du clergé ont déposé fin avril une poursuite dans laquelle ils indiquent vouloir diriger des mariages entre conjoints de même sexe au sein de leurs congrégations, mais précisent ne pas pouvoir le faire en raison de la « loi injuste ».

Leur avocat, Jake Sussman, affirme que c’est la seule affaire à s’appuyer sur les bases de la liberté religieuse d’après le Premier amendement de la Constitution parmi plus de 60 poursuites liées à la question du mariage gai dans les divers tribunaux des États.

« Les lois sur le mariage de la Caroline du Nord sont un affront direct à la liberté de religion », affirme le révérend J. Bennett Guess, de l’Église unie du Christ à Cleveland. « Nous croyons qu’il est important que toute personne participant à la vie communautaire de la congrégation puisse recevoir les mêmes soins pastoraux et un accès égal aux services religieux fournis par le clergé. »

Mais en Caroline du Nord, le clergé est souvent aux prises avec une décision troublante, soit le fait de « devoir choisir entre le fait d’offrir ces services ou de violer la loi », dit M. Guess. « Voilà quelque chose auquel aucun membre du clergé ne devrait devoir faire face. »

Le site pieuvre.ca précise que l’Église unie du Christ rassemble plus d’un million de fidèles, une dizaine de membres du clergé et de couples homosexuels qui désirent se marier et font partie des plaignants dans cette cause. Les défendeurs regroupent entre autres le procureur général de l’État Roy Cooper, ainsi que plusieurs procureurs de district, ainsi que cinq autres participants.

Noelle Talley, une porte-parole du bureau du procureur général, a précisé que les responsables n’avaient pas encore pu voir le contenu de la poursuite.

La greffière du comté de Wake, Laura Riddick, a pour sa part dit être choquée d’avoir été nommée comme partie défenderesse. Son bureau gère les permis de mariage. « Il est ridicule, pour tout greffe, d’être poursuivi en lien avec le mariage gai, qui dépend des lois de l’État, et non pas des politiques des comtés. Seule la législature ou les tribunaux peuvent changer la loi. Notre travail, en tant qu’administrateurs des comtés, est d’appliquer la loi telle qu’elle est, comme nous l’appliquerons si elle change. Nous poursuive vient confondre le public, gaspille l’argent des contribuables et crée des conflits inutiles », dit-elle.

Toujours selon le site pieuvre.ca, l’Union américaine des libertés civiles (UCLA) a lancé une nouvelle attaque juridique contre l’interdiction du mariage gai en Caroline du Nord au début du mois d’avril, pressant un juge fédéral de rapidement annuler l’interdiction pour aider les enfants et les couples gais souffrant de graves problèmes de santé. L’organisme de défense des droits de l’homme a dit vouloir faire accélérer l’entrée en vigueur d’une décision découlant d’une poursuite déposée en 2012, en invoquant les besoins urgents en matière de soins de santé pour un enfant souffrant de paralysie cérébrale qui a été adopté par l’un des couples lesbiens impliqués dans l’affaire.

Si la Cour suprême des États-Unis a reconnu l’an dernier que le gouvernement fédéral se devait de reconnaître les mariages homosexuels, les États ont également leur mot à dire. Pour l’instant, 17 États permettent l’union de conjoints de même sexe, et des juges fédéraux ont annulé des interdictions en vigueur au Michigan, en Utah, au Texas, en Oklahoma et en Virginie.