Manon Massé officiellement élue

Par  |  Aucun commentaire

Il n’y aura pas de recomptage judiciaire dans Ste-Marie-Saint-Jacques, pas plus que dans Borduas. Le Parti libéral du Québec (PLQ) avait fait une demande de recomptage, mais la Cour du Québec a refusé d’entendre la cause. Elle a refusé la demande du Parti libéral qui désirait un recomptage dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, où Manon Massé l’a emporté avec 91 voix de majorité lundi contre sa rivale libérale Anna Klisko. Manon Massé est donc bel et bien élue députée de la circonscription. Sur Twitter, Manon Massé s’est dite très heureuse que la demande ait été refusée et qu’elle soit officiellement élue. Elle devient ainsi la troisième élue de Québec solidaire et la première femme députée de cette circonscription.

La Loi électorale stipule qu’un dépouillement judiciaire peut être demandé si l’écart ne dépasse pas un millième du nombre de votes exprimés. Or, dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, le rapport entre la majorité (91) et les votes exprimés (27 573) est de trois millièmes, ce qui dépasse cet écart maximal.

Toutefois, selon l’article 382, « toute personne qui a des motifs raisonnables de croire qu’un scrutateur ou que le directeur du scrutin a compté ou rejeté illégalement des bulletins de vote ou dressé un relevé du dépouillement inexact peut demander un dépouillement judiciaire des votes ».

Toutefois, même si le PLQ n’était pas représenté au sein du personnel électoral choisi par les deux premiers partis de l’élection de 2012 dans cette circonscription, soit le PQ et QS, le juge Armando Aznar a finalement conclu que l’avocat de Mme Klisko n’a pas réussi à soulever un doute suffisant sur la probité du vote pour demander un dépouillement. Le PLQ arguait que près de 300 voix avaient été rejetées.