Au Musée des beaux-arts du Canada – Ruskin. Artiste et observateur

Par  |  Aucun commentaire

Probablement davantage connu comme l’un des critiques d’art et théoriciens parmi les plus en vue de l’Angleterre victorienne, John Ruskin (1819–1900) était célèbre pour l’étendue, l’envergure et la diversité de ses écrits. L’on connaît beaucoup moins ses extraordinaires dessins et aquarelles, sans doute parce qu’il les a réalisés pour des raisons plus personnelles. Du 14 février au 11 mai, le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) présente John Ruskin. Artiste et observateur, une exposition organisée en collaboration avec les National Galleries of Scotland et mettant en vedette des œuvres crées tout au long d’une prolifique carrière de 60 ans. Pour en savoir davantage sur l’exposition et les activités qui l’accompagnent, visitez beaux-arts.ca.

Study_of_Gneiss_Rock

Une riche diversité, un brillant talent
Cette exposition, la plus ambitieuse du genre, réunit 140 œuvres – dessins, aquarelles et daguerréotypes – illustrant une variété de sujets, de l’architecture au paysage, à l’étude détaillée de la nature. La fluidité, les détails méticuleux, les couleurs chatoyantes des dessins et des aquarelles de Ruskin, de même que le lyrisme qui s’en dégage, ouvrent une fenêtre sur un cerveau brillant à l’âme parfois troublée.

En parcourant l’exposition, qui se décline en sept thèmes, l’on découvrira de nombreux dessins connus et admirés, mais aussi plusieurs autres, exposés pour la toute première fois. Toutes les œuvres  proviennent de prestigieuses collections publiques et privées de Grande-Bretagne, du Canada et des États-Unis, dont The Ashmolean Museum, à Oxford, et The British Museum. Christopher Newall et Conal Shields sont les commissaires invités de cette exposition dont la coordination a été assurée par la conservatrice de la photographie du MBAC, Ann Thomas.

Capture d’écran 2014-03-05 à 03.34.15 PM

Une fenêtre sur les émotions de Ruskin
Les œuvres de Ruskin aident à comprendre les grands projets de cet intellectuel et exposent la variété des sujets auxquels il s’intéressait, parfois de manière obsessive. Les dessins de Ruskin trahissent une gamme d’émotions, qui vont de l’enthousiasme euphorique pour les motifs, les couleurs et les textures au désespoir le plus profond devant ce qu’il perçoit comme la dégradation ultime de toute chose. Pour Ruskin, le dessin avait une valeur thérapeutique et offrait une occasion de méditer sur les divers aspects du monde physique.

En outre, c’est par le dessin qu’il observait le monde et arrivait à le comprendre. Dessiner lui permettait de scruter les menus détails d’un paysage naturel ou d’une vue d’architecture pour en tirer de l’information et parfaire ses connaissances.

Catalogue
L’exposition John Ruskin. Artiste et observateur s’accompagne d’un catalogue illustré de 376 pages comprenant des illustrations richement colorées. Le catalogue présente un essai sensible du commissaire Christopher Newall qui explique en quoi les expériences de Ruskin ont influencé sa manière de dessiner. L’essai du commissaire Conal Shields réinsère habilement Ruskin dans le contexte des méthodes artistiques de son époque, alors que celui d’Ian Jeffrey s’attarde sur l’utilisation du daguerréotype par Ruskin. Le directeur de la Scottish National Portrait Gallery, Christopher Baker, signe, quant à lui, un essai sur l’expérience de l’artiste en  Écosse. En vente au prix de 45 $ à la Librairie du MBAC et en ligne à achatsMBAC.ca

Rencontre avec le conservateur
Le vendredi 14 février à 14 h, visitez l’exposition en compagnie du commissaire invité Christopher Newall. Dans la salle d’exposition. Gratuit avec les droits d’entrée au Musée. En anglais avec période de questions bilingue.

Conférence
Le samedi 15 février à 14 h, « L’œil candide ». John Ruskin dévoilé, par Christopher Newall, commissaire invité. Gratuit avec les droits d’entrée au Musée. En anglais avec traduction simultanée et période de questions bilingue.

Rencontres Ruskin
Les samedis et dimanches à 14 h 30, causeries de 10 minutes sur une œuvre de l’exposition. En français.

Jeudi soir en dessin
Les jeudis de 18 h à 20 h, séance de dessin et d’observation dans l’exposition. Gratuit avec les droits d’entrée au Musée. Bilingue.

Film
Les jeudis 20 février, 20 mars et 24 avril à 18 h, dans la salle de conférences. Gratuit avec les droits d’entrée au Musée. En anglais. This is Civilization, 3e partie. Save Our Souls, 2007, 49 minutes. L’artiste et critique d’art Matthew Collings explore les idées et l’impact de John Ruskin.

Musique au Musée
Le dimanche 16 février à 15 h, René Gely interprète des pièces du 19e siècle. Le dimanche 16 mars à 15 h, Fabien Tousignant interprète des pièces du 19e siècle. 

Causerie
Le samedi 3 mai à 14 h, La cité et la campagne. Les voyages de Ruskin, par Christopher Newall, commissaire. Gratuit avec les droits d’entrée au Musée. En anglais avec traduction simultanée et période de questions bilingue.