Accueillir en cuir : MLO-XX

Par  |  Aucun commentaire

Jean-François Pinsonnault, membre de longue date des Ottawa Knights– et ex-concourant Mr Leather – nous a donné un aperçu du mandat et de la communauté qui est derrière cet événement unique dans son genre.

Éducateur et formateur de profession, Jean-François Pinsonnault est un bel homme à la barbe poivre et sel de 63 ans qui mesure 6 pieds 2 et qui a un sourire dans sa voix. Même s’il ne compétitionnera pas dans le concours du 10 novembre, il est le fier responsable de son événement préféré qui a lieu la veille : l’échange de vêtements en cuir d’occasion. La vente d’occasion et d’échange (le « swap ») se passe toujours le vendredi et le samedi avant la compétition. « Comme ça, les débutants peuvent acheter des pièces au prix du tiers ou au quart du prix de boutique » explique l’amateur de cuir. « Moi je suis à l’étage où on fait la vente des vêtements d’occasion. Sur place, les gens s’habillent et se déshabillent sur place, alors on a du plaisir quand même ! » raconte-t-il en riant.

« Moi j’aime le Leather Swap, surtout pour l’effet de dégêner les gens qui viennent, surtout les jeunes. On a des ateliers connexes, c’est le côté éducatif que j’apprécie. » L’échange des articles de cuir d’occasion est un excellent outil pour attirer des curieux et pour inspirer ceux qui voudront se doter du look parfait pour la grande soirée. C’est le genre d’attitude relaxe et sans jugements qui règne partout dans ce festival MLO-XX, qui célèbre son 20e anniversaire sous le thème « Garage », une forte référence aux racines de la scène cuir.

Jean Francois Pinsonnault

Histoire de Moto

« La communauté cuir a été formée dans l’après-guerre, par des soldats qui se sont fait des copains et des amis, et ont perdu des amis et des copains aussi. Lorsqu’ils sont revenus, ils ont voulu se réunir » décrit-il. Sans trop s’attarder sur les sources historiques, des historiens GLBT figurent l’origine du milieu « cuir » tel que nous le connaissons à San Francisco, New York, Berlin, Toronto et Ottawa aux fins des années 40 et début des années 50, l’âge d’or de la motocyclette.

Une performance lors de la compétition MLO

« Dans l’après-guerre, le moyen de transport c’était la motocyclette – ce n’était pas tout le monde qui pouvait se payer une auto – et c’était un élément rassembleur pour les hommes gais et fétichistes », explique Jean-François Pinsonnault. « Les clubs de cuir qui avaient été formés l’étaient par les hommes qui vivaient ça dans le secret, de manière clandestine. Avec l’internet et les réseaux sociaux, la communauté cuir a changé » déclare ce fier chevalier d’Ottawa.

Une grande partie de ce changement a été l’inclusion de femmes dans l’organisation, et dans la journée d’ateliers, qui aura lieu à la Galerie La Petite Mort pendant la journée de samedi 10 novembre. Parmi les expertes du cuir, on remarque Alex Cafarelli qui pratique la magie et offrira un atelier sur l’écriture « kink », et la Professeure Ummni Khan, qui fera un atelier sur la judiciarisation du kink au Canada. Côté homme, c’est le fameux Mike Tattersall, Mr Leather Ottawa 2010, qui fera une présentation sur le « fisting » dans un atelier intitulé « Faire de son homme un pantin. » À voir sans faute !

Et ce n’est pas seulement de leur compétition et de leur costume dont ils sont fiers : les Ottawa Knights récoltent chaque année des sommes importantes pour des organismes caritatifs d’Ottawa, telles la Bruce House, un hospice pour les personnes atteintes du sida, et pour les jeunes familles démunies, au mois de décembre lors de leur soirée « Des jouets pour les tout-petits » au fameux Centretown Pub.

Du coeur, du cuir, de l’histoire et de beaux… sourires seront au rendez-vous du 9 au 11 novembre 2011.

MLO-XX au Centre St. Brigid’s, 310 rue St.-Patrick, et à la Galerie la Petite Mort (pour les ateliers) au 306 Cumberland, à Ottawa

www.mlo-xx.com

Photo bannière par Bert Schopf pour MLO-XX