Moncton : une fierté festive et revendicatrice

Par  |  Aucun commentaire

Fierté gay à Moncton en 2012

Et dire que certains se demandent encore si les fiertés sont nécessaires, aujourd’hui en 2012, semble regretter Sébastien Bezeau, coordonnateur intérimaire des relations médias de Fierté Moncton. La manifestation de cette année (le dimanche 19 août, de 14h à 15h, de la rue Main au boulevard Assomption), à laquelle devraient prendre part plusieurs centaines de personnes, aura une saveur de revendication que ne manqueront pas de marteler les organismes communautaires.

Il y a bien sûr la lutte contre l’intimidation que subissent les jeunes GLBT et dont témoignait récemment un jeune de Saint-Jean. Mais il y a surtout la polémique sur les subventions publiques (municipales, provinciales et canadiennes), accordées à l’Université privée Crandall en dépit de ses pratiques discriminatoires et homophobes. Son code moral, qui prohibait l’homosexualité il y a encore deux ans, oblige en effet les étudiants et le personnel enseignant à être « sexuellement purs, réservant l’intimité sexuelle dans le cadre d’un mariage entre un homme et une femme ».

« La Fierté de Moncton gagne en crédibilité. Le fait que le comité ait réagi par rapport à l’Université Crandall lui en donne encore plus , explique Sébastien Bezeau. Il n’existe aucune ouverture d’esprit [de leur part]. Quelques étudiants qui y avaient été acceptés ont refusé leur admission ».

Solidarité avec la Fierté acadienne

Festive, la Fierté de Moncton le sera également. DJ Cyn-L, ainsi que des personnificateurs féminins, animeront le party après la marche. La veille (le samedi 18, à 21h), une soirée blanche est organisée au Triangles (234, rue Saint-Georges). Habituellement organisée à la fin du mois d’août, la Fierté de Moncton se tient cette année une semaine plus tôt, solidaire de la Fierté acadienne. Un bingo sera organisé sur ce thème, dès 19h au Triangles où se tient la plupart des événements. « Ceux qui ne veulent pas du tintamarre pourront venir faire la fête ici ! » se réjouit-il, qualifiant les Acadiens de « très progressistes ».

Malgré un changement dans l’équipe du comité organisateur, Moncton Rivière de Fierté, moins de deux mois avant le début des festivités, « pour des raisons personnelles » et « sans aucun remord », assure Sébastien Bezeau, l’événement affiche donc de vives couleurs. Une cérémonie de lever du drapeau gai se tiendra d’ailleurs le jeudi 16 à 12h, devant l’hôtel de ville de Moncton (655 rue Main).

Crédit photo : document remis.