Itinérance : Peter Sergakis demande l’intervention de Québec

Par  |  Aucun commentaire

Village : Peter Sergakis VS les itinérants

Jusqu’à présent, on avait peu entendu celui qui est pourtant l’un des hommes les plus puissants du Village. Patron de différents établissements dans le quartier gai montréalais (notamment le Sky et la Station des Sports), Peter Sergakis entend agir pour combattre les méfaits causés par « des groupes d’individus composés d’itinérants pancanadiens, de clochards abandonnés par le système, de squeejees tolérés par les autorités, de membres de groupes anarchistes ainsi que d’individus victimes de la désinstitutionalisation ».

Le 3 août, il a annoncé la fondation du Regroupement des gens d’affaires et résidents de Ville-Marie pour la sécurité publique ». Il souhaite ainsi faire pression sur les élus pour que le problème de l’itinérance devienne une priorité.

Deux jours auparavant, Peter Sergakis aurait eu une altercation avec des itinérants. Ces derniers auraient posé des problèmes sur la terrasse de la Station des Sports, importunant des clients, obligeant le patron de l’établissement à intervenir pour faire sortir les trois personnes. Une plainte a été déposée par l’entrepreneur et par l’un des itinérants. Le Service de police de la Ville de Montréal a ouvert une enquête.

« Québec doit donner plus d’argent »

Alors que le dossier de l’itinérance reste un sujet épineux et sans fin, Peter Sergakis s’en prend notamment au gouvernement de Québec qui, selon lui, a négligé le problème . « Québec doit donner plus d’argent à Montréal », a déclaré l’homme d’affaires au Journal de Montréal. Dans un communiqué diffusé ces dernières heures, il réclame la mise en place, l’automne prochain, d’un « plan-cadre financé par le gouvernement provincial […] afin de donner les outils nécessaires à la police de Montréal pour sécuriser les rues du centre-ville ».

Hier, Gérald Tremblay, lors d’une conférence de presse, s’est dit prêt à écouter les propositions de Peter Sergakis voire de les intégrer dans son plan concernant les sans-abris. En mai 2012, le maire de Montréal s’était réjoui du plan annoncé par Québec, prévoyant une enveloppe de cinq millions de dollars pour lutter contre l’itinérance, avec « une approche santé » plutôt que judiciaire. Le ministère de la Santé annonçait notamment la création d’une équipe d’urgence psychosociale formée d’un intervenant social et d’un policier. Néanmoins, le Village ne faisait pas partie des zones principalement ciblées.

Exposant ses requêtes aux partis actuellement en lice pour les élections, Gérald Tremblay a demandé à ce que le budget réservé à la lutte contre l’itinérance soit encore augmenté. De son côté, Peter Sergakis déclaire vouloir faire de cette question un « enjeu » du scrutin de 4 septembre.

Du côté de l’organisme Dans la rue, qui intervient auprès des jeunes itinérants, on critique la position de Peter Sergakis, centrée autour d’une présence policière accrue dans le quartier. « On a besoin de services plus adaptés, sur le plan psychiatrique par exemple », affirme Aki Tchitacov, directeur du centre, basé notamment sur la rue Ontario est.

Crédit photo : firepile.