Lutte contre l’homophobie : 24 organismes financés

Par  |  1 commentaire

Plan contre l'homophobie : enfin on sait qui touchera de l'argent

Le plan, doté d’une enveloppe globale de 7,1 millions de dollars sur cinq ans, avait été dévoilé au printemps 2011 par Jean-Marc Fournier, ministre de la justice, afin d’améliorer la situation des personnes de minorités sexuelles et atteindre l’égalité sociale. Le coordonnateur du Bureau de lutte contre l’homophobie, Roger Noël, a précisé à Être que l’appel pour des projets spécifiques et ponctuels prévoyait au départ un premier budget de 400.000 dollars, qui s’élève au final à 590.000 dollars sur deux ans.

Cette somme entre dans l’enveloppe de 3,6 millions de dollars accordée sur cinq ans aux organismes communautaires, la moitié leur revenant dans le cadre de leurs missions globales et récurrentes auprès des clientèles GLBT.

Cinq critères à remplir

Dans un premier temps, 41 organismes avaient déposé une demande. Finalement, 24 ont obtenu une réponse positive, parmi lesquels 15 situés à Montréal. Ainsi, dans la liste des bénéficiaires, on retrouve Gai Écoute (60.000 $), la Coalition jeunesse montréalaise de lutte contre l’homophobie (24.800 $), le Conseil québécois des gais et lesbiennes (43.020 $). Le site Internet du ministère indique que « les projets retenus visent notamment à contrer les préjugés chez les jeunes et les aînés, à remédier au manque d’information des personnes LGBT sur leurs droits, à adapter les outils de prévention du suicide, à élaborer du matériel pédagogique et à documenter et à prévenir la violence homophobe et transphobe. »

Roger Noël, qui considère que les dossiers retenus comportent des « bons projets », précise que l’analyse des demandes reposait sur cinq critères : sa pertinence au regard des objectifs du Plan de lutte contre l’homophobie, sa qualité (notamment son articulation avec le milieu), son caractère innovant, son réalisme (en lien avec la capacité de l’organisme) et la maximisation des retombées.

62.050 dollars pour J.A.G.

Il insiste également sur le souci de tenir compte des demandes provenant des régions.  C’est d’ailleurs l’organisme montérégien Jeunes adultes gai-e-s (JAG), qui souhaite « développer des interventions pédagogiques pour aborder l’homophobie dans les écoles secondaires », qui a obtenu la plus grosse enveloppe : 62.050 dollars. De son côté, Femmes en mouvement recevra 18.000 dollars pour étudier les réalités et les besoins des personnes de minorités sexuelles en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

Dans la longue liste des subventions et financements annoncés par le gouvernement Charest avant que celui-ci ne déclenche la campagne électorale, cette aide financière était attendue. Roger Noël indique que les organismes avaient été informés dès le mois de mars, la décision de rendre publique la liste des bénéficiaires relevant de son autorité de tutelle, le ministère de la Justice.

Crédit photo : kenteegardin