FIMA 2012 : artistes et manifestations à suivre

Par  |  Aucun commentaire

FIMA : les artistes à suivre

Honneurs aux seigneurs du Village. Fers de lance de « l’art gai », Zïlon et Yvon Goulet (kiosque 62, en couverture du dernier RG avec la photo ci-dessous) ont eu une nouvelle fois répondu présents pour ce FIMA 2012. Le premier nommé participera notamment à la grande nouveauté de cette édition avec « Ma première galerie d’art », qui se propose d’initier la jeune génération au métier de collectionneur.

Parmi les autres artistes connus dans le quartier gai, Sébastien Gaudette (kiosque 35) cherche à « faire émerger de [s]es œuvres des fortes émotions, des messages, des prises de consciences, des questionnements ». Il est, lui aussi, un habitué de l’événement montréalais.

Peinture d'Yvon Goulet

Nouveaux visages

Plusieurs jeunes femmes se trouvent parmi les artistes présentées comme la relève par les organisateurs du FIMA, exposées entre les rues Saint-Timothée et Saint-André. Julie Roch-Cuerrier (kiosque 15) mise sur New York et le pop art. Muriel Jaouich (kiosque 18) s’intéresse en priorité à « l’exploration du silence, des notions de soi et de non-dualité », à travers une peinture souvent abstraite et aux couleurs vives.

Pour ce qui concerne les hommes, Emmanuel Laflamme (kiosque 17) se plaît à revisiter des classiques : un christ sur un chandail Mickey, Einstein affublé de la fameuse langue des Rolling Stones, Blanche-Neige croquant dans une pomme Apple, les anges de la Chapelle Sixtine croisant le chemin de Gazou des Pierrafeu. En somme, les grenouilles de bénitier devront passer leur chemin, les autres pourront sourire devant ces trouvailles.

Les collectifs débarquent

Le parc de l’Espoir, pendant les quatre jours de l’événement, ainsi que le parc Serge Garant (les après-midis des 29 et 30 juin) seront le théâtre de deux opérations voulant faire participer public et artistes afin d’élaborer une œuvre collective.

EN MASSE a déjà fait parler de lui autant à Montréal qu’aux États-Unis (San Diego, Miami et même New York). Pour le projet présenté au FIMA, EN MASSE pour les MASSES, « le public est invité à participer à l’élaboration d’un dessin collectif en noir et blanc », avec pour résultat une œuvre de taille imposante.

EN MASSE participe à une autre initiative XXL, Totem Urbain, avec les collectifs CEASE IT et TRIO MAGNUS. Ceux-ci sont réunis « autour de trois structures de onze pieds de haut en forme de totem. Les artistes utiliseront ces totems comme support de création durant ce projet Totem Urbain qui se déroulera en direct, à la vue et en présence des festivaliers », expliquent les organisateurs du FIMA. Les trois œuvres seront ensuite vendues (20 % de l’argent récolté seront reversés à la Fondation Jasmin Roy).

Affiche de Bain-Sauna : le musical

Un œil sur…

Le plasticien français Pascal Lièvre s’intéresse à la vidéo depuis plusieurs années et exposera quelques unes de ses créations. Sa parodie « giflée » de l’amour désintéressé (à partir de la chanson de Florent Pagny Savoir aimer) ou celle, amoureuse de la vision manichéenne du monde de l’ancien président américain George W. Bush (dont un discours est mis en musique sur le mythique When the Rain Begins to Fall), seront notamment présentées.

Enfin, parmi les événements spéciaux avec lequel il s’associe cette année, le FIMA met notamment en avant Le Bain-sauna : le musical (photo ci-dessus), spectacle burlesque et gai sur le monde toujours très particulier des saunas. Le show aura lieu les 28 et 29 juin, à 20h, à l’immeuble Le Chat des artistes (2205 rue Parthenais). Pour un public adulte seulement et des oreilles non chastes.

Pour plus d’informations sur la programmation : festivaldesarts.org.

Crédit photo principale : documents remis / oeuvre de Martin Douvil.