Berlusconi: «Il vaut mieux avoir la passion des belles femmes qu’être gai»

Par  |  Aucun commentaire
Silvio BerlusconiIl y avait eu «le bronzage» de Barack Obama. Il y a désormais les homosexuels et les femmes. De passage pour l’inauguration du salon de la moto, près de Milan (dans le Nord de l’Italie), Silvio Berlusconi a été l’auteur d’un nouveau dérapage, cette fois-ci homophobe: «Je travaille depuis toujours à un rythme infernal et s’il m’arrive de temps en temps de regarder les belles femmes… eh bien il vaut mieux avoir la passion des belles femmes qu’être gai».
Cette déclaration du président du Conseil italien, âgé aujourd’hui de 74 ans, survient au moment où ce dernier est au cœur d’un scandale sexuel. La presse l’accuse d’avoir organisé des fêtes «osées» avec des mineures dans sa résidence personnelle, à Arcore. Les jeunes filles auraient été rémunérées pour l’occasion (on parle de 5.000 euros, soit un peu plus de 7.000 dollars canadiens).

«La place idéale de Berlusconi est dans une taverne de banlieue»

Autre accusation : Silvio Berlusconi serait également intervenu, en mai dernier, auprès de la préfecture de Milan pour faire sortir de prison une jeune Marocaine, Ruby, qui fête ses 18 ans ce 2 novembre. La jeune fille avait été arrêtée par les forces de l’ordre suite à un vol. C’est suite à cette interpellation qu’elle aurait mentionné les soirées d’Arcore. La presse italienne parle désormais de «Rubygate».
Ce n’est pas la première fois que Silvio Berlusconi se retrouve aux prises avec une affaire de mœurs. En 2009, sa femme avait même demandé le divorce après que son mari eut participé à l’anniversaire d’une jeune fille de 18 ans. Véronica Berlusconi avait alors déclaré ne pas pouvoir demeurer auprès de quelqu’un qui «fréquentait» les mineures.
L’association Arcigay a immédiatement réagi à la sortie homophobe de l’homme le plus puissant d’Italie, parlant d’une «remarque gratuite et vulgaire qui offense non seulement les personnes homosexuelles mais aussi les femmes». Antonio Di Pietro, l’un des principaux adversaires politiques de Silvio Berlusconi estime pour sa part que «la place idéale pour Berlusconi n’est pas le Palais Chigi (lieu habituel de la  présidence du Conseil) mais une taverne de banlieue».

Crédit photo : Ricardo Stuckert