Vidéo – En cinquième année et militant pour le mariage gai

Par  |  Aucun commentaire

Kameron Slade jeune garçon pour le mariage gai

Kameron Slade, un jeune garçon de New York, a remporté le concours d’art oratoire dans sa classe avec un excellent discours qu’il avait écrit sur l’importance de l’enseignement aux enfants de la réalité du mariage homosexuel. Il devait présenter son texte lors d’une compétition réunissant tous les élèves de l’école, mais le directeur l’en a empêché, jugeant son propos inapproprié.

Ironie du sort, le garçon commence son travail par un commentaire intégrant les divergences d’opinions entourant cette épineuse question. « Certaines personnes sont pour le mariage pour les couples de même sexe, tandis que d’autres sont contre, indique-t-il. Comme le président Obama, je crois que tous les gens devraient avoir le droit de marier qui ils veulent. Le mariage représente l’amour, le soutien et l’engagement. Alors qui sommes-nous pour juger? Si nous jugeons des gens comme cela, c’est une forme de préjugé. Nous devons apprendre à accepter toutes les différences. »

Il parle ensuite de façon bouleversante de sa rencontre avec deux amies lesbiennes de sa mère : « Ma mère est très ouverte au sujet du mariage gai. Cependant, certains adultes peuvent se sentir mal à l’aise et ils pensent qu’il est inapproprié de parler de cela aux enfants. Je crois au contraire que les adultes doivent se rendre compte que lorsque les enfants grandissent, ils deviennent conscients des réalités du monde. Puisqu’ils auront accès à ces informations ou à ces réalités, pourquoi donc les cacher ? »

Le jeune garçon termine sur un message d’acceptation qui fera sans doute frémir les groupes religieux radicaux qui luttent contre le mariage gai : « En conclusion, j’espère que tout le monde comprend combien il est important de respecter les gens pour ce qu’ils sont. Le mariage des personnes de même sexe est de plus en plus populaire. Je crois qu’il devrait être accepté dans le monde entier et que les parents et les enseignants devraient commencer à discuter de ces questions sans honte aux enfants. »