Hors les murs – L’échec de l’amour gai

Par  |  Aucun commentaire

Hors les murs : film gay qui sort au Québec le 15 juin

Le film s’ouvre dans un bar. Échange sexuellement chargé entre Illir homme ténébreux et Paulo, un jeune garçon frêle. Pas tellement un coup de foudre, seulement le désir sexuel consécutif aux excès d’alcool. Ils deviennent amants.

Le garçon à la sexualité ambigüe habite avec sa copine qui réalise vite qu’il lui est infidèle. Elle le jette à la rue et mal pris, il se réfugiera chez le barman qui est d’abord réticent à l’intimité. L’amour nait, une complicité faite de domination s’installe jusqu’à ce que Paulo se retrouve en prison pour une banale histoire de marijuana. L’amour se complique, les rapports s’inversent et Paulo ira trouver refuge chez un autre homme avec qui il entretient aussi une sexualité de soumission. Quand Illir sort de prison, l’amour est mort et ne reste qu’entre eux que le souvenir effrité d’une passion éteinte.

Retour 20 ans en arrière

Filmé en cinémascope, Hors les murs possèdes des qualités esthétiques indéniables. La lumière est superbe sans être tape-à-l’œil et le montage, simple mais efficace, met l’accent sur un récit sans artifice stylistique.

Ce qui agace dans le film de Lambert, c’est ce portrait qu’il dresse des relations amoureuses gaies qui semblent forcément impliquer un rapport dominant-dominé. Le scénario passe tellement rapidement sur la naissance de l’amour, préférant s’attarder sur la tension sexuelle qui le précède et les rapports de forces qui s’exercent ensuite qu’on a du mal à véritablement ressentir de l’empathie ou de l’attachement pour les deux garçons. Lorsque Illir est en prison, Paulo se mettra dans une situation pire encore, avec un homme riche, amateur de sadomasochisme. À une relation amoureuse déjà boiteuse le protagoniste préfèrera le confort financier et les pinces à mamelons.

Hors les murs fait penser à la vision complexée de l’homosexualité des années 90. Pourtant, le film s’est mérité le prix du public le Grand Rail d’or, au dernier Festival de Cannes. Il devrait donc en séduire certains.