France : les gais vont pouvoir donner leur sang

Par  |  Aucun commentaire

Don du sang en France : les homosexuels enfin écoutés

Ce 14 juin, décrété Journée mondiale du don du sang, permet aux gais français de faire un grand pas dans la lutte contre l’une des principales discriminations homophobes existant dans leur pays. Ce jeudi, Marisol Touraine, ministre de la Santé du nouveau gouvernement socialiste, a annoncé la fin de l’interdiction de donner son sang pour les homosexuels. « On peut et on doit revoir cette politique […] La sécurité doit être assurée, il n’est pas question de prendre le moindre risque en terme de transfusion mais le critère ne peut pas être […] l’inclination sexuelle », a-t-elle affirmé.

La question reste sensible dans un pays qui a connu un scandale retentissant dans les années 80 et 90, après que des hémophiles eurent été contaminés par le virus du sida suite à des transfusions. Ces dernières années, après avoir pensé en finir avec l’interdiction, la droite française, au pouvoir entre 2002 et 2012, n’a finalement pas franchi le Rubicon. « La multiplicité des relations et des partenaires constituent un facteur de risque quelle que soit l’orientation sexuelle et le genre de la personne », a précisé, de son côté, Marisol Touraine.

Les militants défendant les droits des gais à donner leur sang estime que quelque 25.000 homosexuels se retrouvent privés de cette possibilité en France. Le gouvernement n’a pas annoncé de date précise pour ce changement, ni ses conditions exactes. La ministre de la Santé s’est contentée d’évoquer « les mois qui viennent » pour voir son annonce se concrétiser.

Du côté du Canada, l’interdiction reste de mise. Instaurée en 1977, elle est l’objet de nombreuses critiques tant de la part de la communauté GLBT que de certains médecins. En 2011, le Royaume-Uni a accepté une ouverture, sous condition : les hommes doivent s’être abstenus de toute relation avec un autre homme depuis un an… Héma-Québec se dit aujourd’hui en faveur de la même « avancée » alors que tout changement doit être validé par Santé Canada.

Crédit photo : Canadian Blood Services.