Nina Arsenault raconte les « colères » Luka Rocco Magnotta

Par  |  Aucun commentaire

Luka Rocco Magnotta : un crime gay ?

Alors que Luka Rocco Magnotta (également connu sous le nom d’Éric Clinton Newman) est toujours en fuite (en France, selon la police), des témoignages commencent à émerger, évoquant la personnalité plus que tourmentée de celui qui est suspecté d’un crime particulièrement barbare. Hier, Nina Arsenault s’est « confiée » au Toronto Star. La transsexuelle aurait eu une brève liaison avec Luka Rocco Magnotta, il y a dix ans. Elle parle de lui comme d’un ancien escorte et strip-teaser.

La femme de 38 ans évoque notamment les rapports conflictuels que son ancien petit ami entretenait avec ses parents. « Il détestait son père, affirme-t-elle. Il détestait sa famille et disait qu’ils ne le comprenaient pas et qu’il avait dû fuir [son père] ».

La victime identifiée

Nina Arsenault parle aussi beaucoup du caractère violent de l’accusé. « C’était de plus en plus terrifiant », indique-t-elle. Elle dit l’avoir vu se battre dans la rue avec des gens, ou encore se frapper la tête contre un mur dans la douche.

Ce vendredi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a identifié la victime dépecée et dont des morceaux ont été envoyés par voie postale (notamment au Parti conservateur). Il s’agit d’un ressortissant chinois de 33 ans qui étudiait à l’Université Concordia, après être arrivé à Montréal en juillet 2011 selon La Presse. Certains observateurs laissent entendre que les deux hommes étaient amants.

Crédit photo : luka-magnotta.com