Brigitte : deux drôles d’oiseaux

Par  |  Aucun commentaire

Brigitte France musique Et Vous, Tu M’aimes ?

Pour beaucoup d’entre nous, c’est la première fois que le nom de Brigitte résonne pour désigner Aurélie Saada et Sylvie Hoarau, qui ont toutes deux fait de la musique pendant plus de dix ans – sans trop de succès – avant de se lancer dans cette aventure de duo, au nom choisi pour sa paradoxale familiarité aussi bien avec une boulangère du coin qu’avec l’icône française Brigitte Bardot.

« C’est l’histoire de deux nanas, un peu paumées, qui galéraient et qui, à un moment donné, ont tout lâché et décidé de prendre la route ensemble et de faire ce qu’elles voulaient, pour vivre librement », raconte Aurélie Saada (cheveux châtains), dressant un parallèle entre l’aventure de Brigitte et celle de Thelma et Louise.

Habitant le même quartier, les deux femmes se suivaient professionnellement, allant aux concerts l’une de l’autre, mais ne se connaissaient pas personnellement avant de fonder Brigitte. Au lieu de tirer leur révérence de la scène musicale, elles ont plutôt choisi d’écrire ensemble, « comme dans un ultime soubresaut ». Pendant un an, elles se sont réunies autour de la table à manger d’Aurélie Saada — alors enceinte de son deuxième enfant — avant de se présenter en spectacle, cédant à la pression bienveillante de leurs amis.

Diva, un rêve de petite fille

« Nous nous sommes dévoilées l’une à l’autre, nous avons osé être ensemble ce que nous sommes profondément, nous nous sommes soutenues et donné confiance. Nous nous sommes senties tellement proches que l’amitié est venue en travaillant parce qu’écrire des chansons est quelque chose de très intime », raconte Aurélie Saada.

Le fruit de ce joli premier effort pop-folk, Et Vous, Tu M’aimes ? — déjà certifié disque platine depuis sa sortie en France en avril 2011 – a valu au duo une Victoire de la musique comme « révélation scène ». L’album est sur les tablettes québécoises depuis la fin du mois de mai 2012, juste à temps pour leurs prestations aux prochaines Francofolies de Montréal.

« Dès le début, on s’était dit qu’on ferait avec Brigitte tout ce qu’on a toujours eu envie de faire, mais qu’on n’avait pas osé : tous nos rêves de femmes, de jeunes filles, d’amoureuses, de déprimées, d’enjouées, de légères, parce qu’on est tout ça à la fois. Porter des robes à paillettes et se prendre pour des divas sur scène ; c’était bien un rêve de petite fille », dit encore Aurélie Saada.

Vous retrouverez l’original duo, gratuitement et en plein air, le mardi 12 juin, ainsi qu’au Métropolis le lendemain, où elles assureront la première partie du spectacle de Thomas Fersen (46 $-50 $).

Crédit photo : document remis.