Les coupes de cheveux lesbiennes: une manière de s’identifier

Par  |  Aucun commentaire

JJ Levine, coiffeur au Bikurious sur la rue Amherst, a une clientèle essentiellement constituée de lesbiennes après avoir placé dans la vitrine de son commerce une annonce : « Coupe de cheveux lesbienne pour toutes (Lesbian haircut for anyone) ».

Même si cette annonce est grandement responsable de sa réussite, le coiffeur affirme qu’il s’agissait en quelque sorte d’une blague. C’est parce qu’il coupait les cheveux de ses amies lesbiennes devant la vitrine du magasin, qui est avant tout un magasin de vélos, que les gens ont commencé à arrêter et apprécier ce qu’il faisait.

Levine a alors créé l’affiche qui a rapidement fait jaser. Les gens arrêtaient pour la photographier et entraient dans le magasin pour s’informer et prendre rendez-vous. Trois ans plus tard, le coiffeur est devenu une référence en matière de coupes de cheveux lesbiennes.

Un stéréotype ?

Malgré tout, JJ croit que de classer les coupes de cheveux dans la catégorie « coupe lesbienne » tient du pur stéréotype. « Évidemment, je connais bien les coupes appréciées par les lesbiennes, mais mon but, c’est principalement que la personne, en sortant d’ici, se sente bien et belle dans sa peau », explique-t-il.

« La coupe de cheveux d’une personne est très révélatrice de son identité, de sa personnalité. Et c’est ce que j’aime dans mon travail. J’aime créer une connexion entre les cheveux et l’identité, que la personne se sente bien par rapport à ce qu’elle est. Chaque coupe est personnalisée, que le client soit homme ou femme, hétéro ou homo, trans ou enfant. Évidemment, je ne coiffe pas seulement des lesbiennes ».

Pour se démarquer

Le coiffeur admet et comprend pourquoi on associe plusieurs coupes de cheveux aux lesbiennes. « En fait, les lesbiennes ajoutent une touche d’excentricité pour se démarquer, par exemple en rasant seulement un côté. Et il est vrai aussi que plusieurs d’entre elles préfèrent les cheveux courts. C’est une façon d’être visibles dans une communauté queer, entre autres pour se démarquer des hétéros », dit-il.

JJ affirme que plus ça va, plus la tendance est aux cheveux très courts. « La tendance est aux coupes garçonnes, très courts sur les côtés et un peu plus longs sur le dessus. Au fond, c’est la coupe dégradée classique d’un jeune homme qui arrive de chez le barbier. La coupe champignon est aussi très populaire. Tout comme les gais, les lesbiennes portent une attention particulière à la mode, aux tendances ».

Il tient cependant à préciser qu’évidemment, une femme aux cheveux courts n’est pas nécessairement lesbienne. « Contrairement à ce que bien des personnes pensent, plusieurs lesbiennes préfèrent garder les cheveux longs, mais rasent seulement un côté pour afficher leur identité. Une femme hétéro peut aussi très bien porter les cheveux courts. C’est là que le terme “coupe lesbienne” devient un stéréotype ».

Pour en savoir plus : Bikurious, 1757, rue Amherst, 514 625-HAIR

ELLES TÉMOIGNENT:

Mylène, 20 ans

Je porte les cheveux courts depuis peu de temps. J’ai porté les cheveux longs longtemps, mais j’ai toujours aimé les « coupes lesbiennes », un peu plus flyées. Mais je n’avais pas le courage de les faire couper aussi court. J’ai décidé de faire le grand saut au début de l’été et je ne regrette vraiment pas mon choix. Tout le monde me dit que ça me fait bien et en période de grandes chaleurs, la différence est énorme. Je me sens beaucoup plus légère. Pour l’instant, j’ai conservé une frange, mais je compte bien la faire couper à ma prochaine visite chez la coiffeuse ou ajouter de la couleur. J’y vais graduellement. J’ai commencé par couper et je vais oser de plus en plus. Et si ça me catégorise en tant que lesbienne, tant mieux! Je suis complètement à l’aise avec ça!

Stéphanie, 24 ans

Personnellement, je n’aime pas ce genre de coupes de cheveux. Je suis lesbienne et je porte les cheveux longs et je préfère de loin les femmes aux cheveux longs. Je ne déteste pas les femmes aux cheveux courts, mais la coupe doit rester simple et féminine. Mais je dois préciser que je n’aime pas ce genre de coupes sur n’importe qui; que ce soit un gai, une hétéro ou une lesbienne. Ce n’est pas parce que ce sont des coupes catégorisées « lesbiennes » que je ne les aime pas. J’assume complètement mon homosexualité, mais je suis quelqu’un d’un naturel simple qui n’aime pas attirer l’attention. Et à mon avis, ce genre de coupe attire les regards. Et je dois aussi dire que je ne rejette pas les femmes qui portent une « coupe lesbienne » puisque plusieurs les portent très bien. Tant que ce n’est pas trop exagéré. Il y a une seule exception et c’est la coupe Bieber. Ça, je ne suis pas capable!

Vanessa, 26 ans

Premièrement, même si je porte ce genre de coupe depuis plusieurs années, j’ai un peu de difficulté avec le terme « coupe lesbienne ». Je trouve que ça fait très stéréotype, mais au fond je comprends pourquoi on fait ce genre d’association. Pour moi, ma coupe de cheveux me permet de m’identifier, de me démarquer, mais pas nécessairement en tant que lesbienne, mais plutôt en tant que personne, en tant que femme. J’ai entre autres porté le mohawk, la frange et les cheveux longs rasés du côté droit. J’ai toujours osé, et ce, même avant de faire mon coming out. Bien entendu, je n’ai aucun problème à ce qu’on m’identifie en tant que lesbienne, mais à mon avis, ça va beaucoup plus loin que ça. Mes cheveux dévoilent davantage ma personnalité, ce que je suis. Évidemment, être lesbienne fait partie de ce que je suis alors je n’ai aucun problème avec le fait d’être catégorisé de la sorte.

Crédits photo : theaftershock